Le Monde des Non-C

Ecosystème d'une révolution énergétique

 

LE LIVRE

La croissance matérielle de la civilisation mondiale produit deux phénomènes observables sur toute la planète. L’un est le réchauffement climatique du 20e et du 21e siècle, l’autre l’extinction continue des espèces naturelles. Bien sur, les variations climatiques et les extinctions biologiques ne manquent pas dans l’histoire géologique de la Terre, mais la nouveauté réside dans la cause humaine de ce changement : la révolution industrielle entamée au 18e siècle. Se pose donc la question : Que faire ?

 

Si l’on admet que l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre (gaz carbonique et aussi méthane) est la cause principale de l’accroissement de la température sur Terre, toute solution politique à ce problème physique devra nécessairement s’appuyer sur des techniques limitant la production des gaz à effet de serre.

 

Une telle orientation politique serait à contre-courant de notre modèle énergétique actuel. En effet, deux processus générateurs de gaz carbonique sont intensément utilisés : la consommation de charbon et d’hydrocarbures, et la fabrication de ciment. À contre-courant, car la stabilisation ou la réduction de 10 à 20% de cette production n’aurait pas d’effet notable sur le réchauffement climatique. Le véritable enjeu est de diviser la production de CO2 d'un facteur 10 ou 100, pour la ramener à une valeur comparable à celle observée dans les années 1800 en France.

 

Présenté comme cela, le problème énergétique ressemble fort à une impasse.

 

Il y a pourtant une issue, mais la trouver est un acte révolutionnaire, dans la mesure ou la science, le commerce et la politique ont œuvré de concert depuis 300 ans pour mettre en œuvre un modèle industriel basé sur l’accumulation privée et sans limite des richesses : le Capitalisme. Je propose d’utiliser à une fin différente les connaissances techniques : réformer complètement notre modèle énergétique, en utilisant intelligemment des sources d’énergie comme le soleil. Il sera alors possible ne plus produire de CO2, tout en vivant très bien. Mais autrement.

 

Tailler cette nouvelle piste nécessite des explications détaillées, tant le chemin de la science est embroussaillé. L’évêque Berkeley le disait, « nous soulevons de la poussière, puis nous regrettons de ne pas voir ». Sachant que ce qui limite le vrai n’est pas le faux, mais l’insignifiant, j’ai écrit ce livre pour m’y retrouver. Lisant « Le monde des non-C », le lecteur découvrira que les techniques nécessaires au renouveau existent déjà en germe. Ce chemin n’est pas si difficile à suivre, mais il est envahi par le brouillard de la pensée conformiste, qui a lentement sédimenté dans nos esprits.

 

Le titre du livre mérite une explication. En 1945 E.A. van Vogt écrivait un roman de Science-fiction au nom étrange : « Le Monde des non-A ». Les habitants de la planète Terre, adeptes de la pensée d’Aristote, font la guerre aux Vénusiens, monde pacifique usant d’un mode de pensée global. Si non-A vaut pour non-Aristotélicien, non-C vaut pour non-Consommateur.

Cet essai est issu d'un projet de recherche non-F (non-Financé par la recherche académique). Le domaine traversé par l’ouvrage est beaucoup plus étendu que le projet original, dans la mesure où je décris non seulement un nouvel usage de l’énergie, mais aussi la société qui en découle. On le verra, la réalisation des projets techniques nécessite un renversement des pratiques sociales issues de la révolution industrielle : l’usage du territoire, le travail, les lois.

Les solutions énergétiques proposées dans le livre peuvent être expérimentées à échelle locale, maison ou quartier. Mais pour cela, il faut associer des personnes aux compétences complémentaires. Et comme tout projet expérimental novateur, il faudra plusieurs années pour trier les bonnes idées des mauvaises, pour que « tout marche » comme il faut.  L’énergie étant la félicité suprême, nul doute que des lecteurs avisés fassent bon usage de mes idées.

Cet essai de 333 pages contient 10 illustrations réalisées par Célia Dérijard, designer architectural à Paris. Il est en vente à la librairie Sauramps à Montpellier, et sur ce site.

L'AUTEUR

jean_chine_cadre.jpg

Jean Chéry, physicien de formation, est chercheur en géophysique au CNRS au laboratoire Géosciences à Montpellier. Depuis 1990, il étudie et modélise la déformation de la croute terrestre dans de nombreux endroits du monde. Également spéléologue, Il s’intéresse à la formation des grottes et à la circulation de l’eau dans les karsts. Un de ses domaines de prédilection est la fabrication d’instruments de mesure pour détecter la déformation autour des failles, volcans, hydro-systêmes et sites pétroliers. En 2015, ses travaux en collaboration avec l’industrie pétrolière l’ont conduit à s’interroger sur la pertinence scientifique et sociale de son activité de recherche en géologie.  Depuis, il s’intéresse à la conception de systèmes basés sur l’énergie solaire, et sur les conséquences sociales de ce changement énergétique.

COMMANDER